Aller au menu

Après 5 ans, bilan de la station vélo Arago

La station vélo Arago, précurseur à Perpignan

Récemment, à l'Hôtel de Ville de Perpignan, à la demande de Locovelo, se sont réunis les responsables de la location publique de vélos de l'agglomération.

La Mairie de Perpignan était représentée par Jean-Michel HENRIC, la vélostation Arago par M. MONESTIER, BIP par Mrs CARNOY et MULET, Locovélo par Serge PIOLI. On notait les absences remarquées de PMCA de la CTPM et d'Alter-Eco, nouveaux acteurs de l'offre de location.

Le bilan pour la station-vélo Arago note très nettement 2 phases: de 2008 à 2010, les recettes ont lentement décru de 4.000€/année à 1600€/année avant de s'effondrer en 2011 (460€/année) et 2012 (184€ sur 10 mois). L'explication provient de l'arrêt de la fréquentation des étudiants étrangers qui constituaient le gros bataillon des loueurs. Cet arrêt provenant du changement de cap des étudiants qui après avoir tenté une offre de location sur place à la Cité U ont décidé de s'adresser à DRECERES, chantier d'insertion, pour acheter (à 30€ pièce) des vélos retapés.C'est le problème de l'assurance contre le vol qui a "tué" la location étudiante.

Pour BIP, la fréquentation suit à peu près la même courbe. Créée le 27/02/2008 (voir nos articles de l'époque) avec un contrat de DSP de 10 ans, BIP offre 150 vélos en 15 emplacements. Coût de la carte: 21€/an et 1€/semaine. 1600 clients la première année (dont 1000 gratuits!) 250 en 2012... 45.000 utilisations en 2008 contre 5000 en 2012.

Les stations les plus fréquentées (dans l'ordre): Place de la Victoire, Pace Gabriel Péri, Université, Palais des Congrès, Conservatoire de Musique, Place de Catalogne. Deux stations ont été délocalisées: Aimé Giral transféré à Lycée Maillol, et moitié gare côté Place Dali vers gare côté St Assiscle.

Le vandalisme est énorme: 1/4 à 1/3 du parc est détruit chaque année (20 à 35% selon les années)! C'est le taux le plus fort sur les 14 Villes que gère ClearChannel.  Et cela va en croissant, puisque le taux le + élevé (35%) est celui de 2011... La station-vélo la plus "volée" est celle de la Place de la République...

Quelques projets: un gardiennage sécurisé et en surface en centre-ville pour les vélos privés. Peut-être place d'En Vestit? A la place du vieux chalet inutilisé et inesthétique? Surtout lorsque l'ancienne école d'Art deviendra (très bientôt) musée d'Art moderne de Perpignan. C'est une des obligations fixées à la CTPM dans son contrat.  Et peut-être aussi une collaboration entre Alter-Eco (nouvelle station de la gare TGV - Voir Station-Vélo Gare) et les autres modes de transports doux de la Ville? Espérons que ces absences non excusées à cette réunion convoquée depuis 5 mois ne sont pas de mauvaise augure!