Aller au menu

Courrier envoyé à la mairie avant la naissance de locovélo

Louer un vélo à Perpignan, un rêve ?

Parmi les raisons de la non utilisation du vélo à Perpignan, en dehors du manque criant d'infrastructures, il y en a une qui pourrait facilement changer c'est celle de l'offre à la location.

Perpignan est une ville en plein essor, Perpignan accueille des milliers de touristes à la saison chaude, Perpignan forme des milliers d'étudiants pendant l'année scolaire, Perpignan est fière d'accueillir d'ici peu le TGV et  Perpignan annonce vouloir devenir une ville cyclable. Pourtant Perpignan ne propose pas la moindre offre de location de bicyclette pour l'instant. Quel paradoxe ! On pourrait pourtant proposer des solutions pour éviter que Perpignan ne reste une ville dévolue aux voitures et aux nuisances qui vont avec.

Il faudrait par exemple que la mairie ou la communauté d'agglo organise, soit en son nom, soit à travers le réseau de transport en commun, soit à travers une structure intermédiaire genre SARL ou SCOP, un service location de vélo en plein centre ville. La place de la Victoire dès sa rénovation.parait toute indiquée Ce serait un symbole fort du renouveau de Perpignan de transformer quelques places de parking auto en  station vélo.

Cette station vélo du centre ville s'articulerait ensuite avec 2 autres stations vélos, l'une au niveau de la future gare TGV, il semblerait que ce soit prévu, et l'autre au niveau de la faculté.

En effet une enquête auprès de 317 étudiants au printemps 2006,menée par une urbaniste en formation à l'université de Perpignan,avec la participation de Vélo en Têt, montre que le deuxième facteur, après le manque de pistes cyclables, qui dissuade les étudiants d'utiliser la bicyclette pour se rendre à la fac est l'absence de location possible de vélos.Un « point vélo » qui proposerait location courte et longue durée, entretien et garage serait la bonne solution.

Au dela de ce triangle de base on peut aussi rêver d'un archipel de stations vélos, notamment au niveau de l'auberge de jeunesse dont le gérant est d'accord pour entreposer quelques vélos sur son site, aux parkings Serep et Vinci du centre ville mais aussi ceux de la périphérie, dont l'echec actuel est lié à l'absence de report modal efficace

Il ne s'agit que d'un rêve mais j'ai entendu Mr Alduy dire « si l'on veut on peut » alors.