Aller au menu

Délégation de Service Public Bus-Tram et transports doux

BIP est bien mal en point !!!

* Depuis le début de Locovélo, nous affirmons que l'avenir, surtout à Perpignan, est dans la création d'une très large zone "partagée" englobant tout l'intérieur des "rondas".

Le tourisme, le commerce et surtout la qualité de vie des perpignanais ont TOUT à y gagner. Bien sur, les résidents, les services de secours doivent y avoir accès à tout moment (système de bornes relevables, comme sur le quai Vauban).Par contre les livraisons, les taxis devront être "écologiques" (vélo-taxi, livraisons par triporteur ou véhicules électriques, idem pour les taxis autorisés à circuler dans la zone).

Comme dans toute zone partagée, la vitesse est limitée à 15 km/h, la priorité est donnée au plus faible sur le plus fort.

 

* Le principe est donc "FIN du TOUT-AUTOMOBILE" actuel avec la pollution, le bruit, l’engorgement du stationnement, etc.

 

* Dans ce contexte, il faut fournir, y compris dans la zone protégée, des moyens de "transport doux". VeloEnTêt a participé au débat concernant le projet de "bus-tram" qui s'il a l'avantage d'être évolutif, risque d'être très cher et à terme à remplacer.

La politique c'est être courageux dans une vision à long terme.

A Perpignan les divers maires (!!!) ont toujours voulu ménager la chèvre et le chou: je suis intervenu pour mettre en garde sur ce point les participants à la réunion du 22/03/2009 à l'Atelier (sur l'aménagement du Boulevard Clémenceau), en réagissant vivement sur une phrase d'un technicien " ce sera moins pire qu'avant, puisque sur un côté on supprime le stationnement" (les trottoirs de l'Avenue Clémenceau,  étaient impraticables, parce que trop étroits, bornés du côté de la chaussée par une excroissance dangereuse - nombreuses chutes- et de l'autre par tout un tas d'obstacles - terrasses de cafés, accordées et louées .... par la Mairie  ... poubelles, présentoirs, poteaux de signalisation, arbres etc.)

Il n'est pas question de faire du "moins pire", mais du mieux ! D'autant plus (et l'exemple de Clémenceau est parlant) que faire et défaire cela coûte cher ... au contribuable.

 

* En 2008 les politiques ont décidé d’essayer 2 types de location : la station-vélo, préconisée par Locovelo, et le libre service considéré comme inadapté par Locovelo. Deux ans plus tard force est de constater que Locovelo avait raison ! Les politiques doivent maintenant en tirer les conséquences, abandonner BIP et rattraper les 3 ans de perdus ! Quid de la montée en surface de la vélo-station Arago, quid de la présence de vélos de location à la future gare TGV ? quid d’un système comme à Montpellier ?

Nous l'avions donc dit dès le début!  BIP est trop cher et pas adapté à une petite ville (surtout avec 15 stations seulement et un prix de 20.000 € pour toute station nouvelle).

Si maintenant il faut en plus raisonner sur toute l'Agglo, alors BIP doit être supprimé (mais est-ce contractuellement possible ? et à quel prix …). En effet, les vélos BIP ne permettent pas (avec leurs petites roues, leurs 3 vitesses et leur manque de confort, et d'antivol) de faire plus de quelques centaines de mètres.

On peut donc en revenir au système préconisé par notre association, basé sur le dépôt de quelques vélos chez les commerçants volontaires (idéal pour les villages) ou dans les offices du tourisme, voire dans les mairies ou autres services publics ou privés (stations-services, supérettes, discothèques, ....) avec contrat typeStation-Vélo Arago, caution par empreinte de carte-bleue (tous les commerçants en sont équipés).

Ces vélos seraient accrochés les uns aux autres DEVANT le commerce et serviraient ainsi de publicité pour le système UNIFIE (même vélos, panneaux "roulez en vélo dans l'Agglo" sur les côtés, et seraient bien sur subventionnés par l'Agglo voire le CG si d'autres communes du département s'y mettent...

 

* Bien sur le maillage de pistes cyclables doit être complété, étendu.

L'axe Nord-Sud du Bus-Tram en site propre est aussi cyclable, mais trop dangereux si il n'est pas séparé de la voie de circulation des voitures par un boudin continu, interrompu seulement aux croisements et aux arrêts du bus-tram pour permettre (demande des techniciens) aux autres bus normaux de le doubler ou d'être doublés.

 

* Il ne faut pas oublier non plus le train (avec wagon pour transporter les vélos) et les voies actuelles désaffectées qui pourraient être remises en service avec un système de propulsion musculaire comme il en existe sur certaines voies touristiques (Pradelles à la limite entre la Lozère et la Haute-Loire par exemple), ou pour les fainéants traction hippique.

 

* le ramassage des ordures peut aussi être rendu plus écologique (camions électriques ou tournées plus fréquentes avec véhicule hippomobile - cf. Pollestres et autres...).

 

* Enfin, tout parc relais doit avoir une station-vélo avec borne distribuant la clé de l'antivol ou système de consigne (pour les vélos de ceux qui sont venus en voiture et qui veulent laisser leur vélo personnel pour entrer en ville. Idem que prévu à l'extérieur de la gare TGV). J'irais même jusqu'à la gratuité avec restitution de la pièce d'un Euro comme dans les piscines quand on reprend le vélo.

J'ajoute que ce serait bien de coupler cela .... avec un péage d'entrée en ville, comme dans les pays nordiques, qui appliquerait la loi "pollueur = payeur".

 

* Dans 2 ou 3 endroits (gare TGV, chalet du pont d'En-Vestit, parking du Palais des Congrès) des stations d'entretien et de réparation, gérées par des associations, Drecères ou autres, ou par Loco- vélo proposeraient leurs services.

 

* Enfin pour les écoles primaires, avec les Fédérations de Parents d'élèves, organisation - avec fourniture de matériel - de Vélo-bus et initiation à la pratique du vélo en ville.

 

* Pour les collèges et Lycées (voir nos propositions sur notre site ...) fourniture à l'établissement -qui le gère- d'un parc vélo et interdiction de stationnement dans l'établissement de tout véhicule à moteur, pour les élèves .... comme pour les personnels ! Cela récupérerait des surfaces à aménager pour les élèves ...

 

Voilà les pistes qu'il faut privilégier... courageusement et vite, car à Perpignan tout se fait (il faut y croire !) ... mais trop lentement. Et cette lenteur décourage les bonnes volontés et renforce ... l'individualisme et donc le tout-voiture avec son cortège d'inconvénients!

 

Pour Loco-vélo, le Président, S.P.