Aller au menu

le rêve !

Une élève de notre vélo-école ....

Le Rêve

 

Une maison du vélo à Perpignan ! Vélo en Têt en rêvait, La Casa Bicycletta l’a fait ! De mémoire de militant du vélo on n’a pas connu depuis 15 ans une nouvelle aussi euphorisante ! Sous l’impulsion d’une poignée de jeunes, issus ou non de Vélo en Têt, a été créée puis inaugurée le 4 novembre, rue de la Lanterne, une maison du vélo. La Casa Bicycletta, Casabi pour les intimes, est destinée avant tout à l’autoréparation. Chacun peut venir y réparer son vélo avec mise à disposition d’outils et  surtout de conseils personnalisés. On peut aussi y acheter un vélo fraichement retapé, y déposer un vieux clou encombrant, ou simplement y prendre un café en feuilletant la documentation générale et locale concernant le cyclisme urbain.

Bravo  et longue vie à eux !

 

Malheureusement avoir un vélo en état de marche est nécessaire mais pas suffisant. De nombreuses questions restent sans réponses concernant le parcours du combattant qui attend le cycliste :

 

-       Sur la passerelle : Quelle belle passerelle ! Quel signal fort pour relier pacifiquement les deux Perpignans ! Mais pourquoi est-elle si mal pratique à vélo ? Pourquoi n’y a t il aucun fléchage d’itinéraires au nord comme au sud ? A quand l’aménagement des berges de la Tet annoncé depuis plus de 15 ans ?

 

-       Sur la rue Foch : En avril 2014 la cour d’appel de Marseille condamnait la mairie de perpignan dans le procès qui nous opposait à elle, à mettre en place rue Foch le double sens cyclable qu’elle aurait d’après la loi XXX  du mettre en  place dés 2010. Le jugement prévoyait un an pour que les travaux soient faits. On en est bientôt à deux,  et aucune action n’a été entreprise ni même envisagée. La mairie est elle au dessus des lois et des juges ? A quand une réflexion globale sur la (non) circulation de cette rue en particulier et du centre ville en général ?

 

-       Sur les ballades. En dehors de la mise en service de la très jolie voie verte du Vallespir, on avance toujours aussi lentement dans le maillage de voies cyclables dans le Roussillon. A l’heure où d’autres coins d’Europe se pose la question de doubler leurs pistes par des « super pistes » pour les cyclistes les plus pressés, on en est encore ici à chercher comment  rejoindre Canet en famille à vélo ! A quand le changement de braquet ? A quand la mise en continuité des petites portions d’itinéraire sécurisé ? A quand l’entretien organisé des rares voies existantes ?

 

-       Sur la V81, cette vélo route qui devrait permettre de relier l’Atlantique à la Méditerranée. 6 départements sont concernés, chacun devant faire sa portion. Malgré plusieurs relances, malgré des propositions précises d’itinéraire, le conseil général semble plus préoccupé par le contournement automobile d’Estagel que par cette vélo route. Pourquoi l’Aude a fait sa partie et pas les PO ? Pourquoi la présidente du conseil général dit elle qu’elle soutient ce projet alors qu’on est au point mort ?

 

-       Sur la location de vélo : Les vélos en libre services vont être abandonnés par la mairie. Nous avions dés 2007 prévenu la mairie que ce système n’était pas adapté à Perpignan, il n’est jamais trop tard pour reconnaître ses erreurs… On aimerait savoir ce qui va être prévu à la place. Que va devenir la somme allouée à ce service ? Que vont devenir les rares utilisateurs de BIP ? La vélo station du sous-sol de la dalle Arago va t’elle enfin avoir droit au grand jour ?  Le potentiel étudiant va t il enfin être considéré ? A quand une mise en cohérence des différents systèmes de location ?

 

-       Sur les arceaux à vélo en ville. Vélo en Tet a participé à plusieurs réunions pour améliorer le stationnement des vélos. Cela n’a été suivi d’aucun effet alors qu’il s’agit de mesures assez simples. Pourquoi n’est t il pas possible de garer son vélo au niveau du conservatoire ? Pourquoi n’est t il toujours rien prévu place de la République ? Pourquoi ne pas mieux flécher et distinguer les places motos ?

  

Et si, au lieu de continuer la liste, au lieu de se lamenter sur l’inertie des décideurs, on continuait de rêver… Projetons nous dans quelques années, en 2020, 2030. Peut-être remarquera-t-on alors rétrospectivement que l’ouverture de cette Maison du vélo aura marqué le début de la transformation de notre ville et de notre plaine en espace cyclable ! C’est le chemin qu’on vous souhaite d’initier pour 2016 !