Aller au menu

Les transports chez Schwarzenneger ... par Sylvain

 A droite de la photo, Sylvain, notre envoyé spécial à Santa Clara...

J'ai affreusement négligé jusqu'ici ma tâche d'envoyé spécial des associations de cyclistes perpignanais dans l'état de Schwarzy, mille excuses. 
Voici un premier rapide compte-rendu. 
 
L'urbanisme : 
Autrefois on envoyait des cartes postales ou des photos, mais maintenant il y a Google Map... (Et curieusement la Silicon Valley est particulièrement bien référencée par Google.) Je dors et je travaille à Santa Clara, ici : 
http://maps.google.com/?ie=UTF8&ll=37.35856,-121.957769&spn=0.041411,0.123596&t=h&z=14 
 
C'est une sorte de lointaine banlieue de San Francisco, qui n'a rien de bien intéressant... Comme dans Sim City, on a des pavés de zones industrielles, résidentielles et commerciales bien délimitées. Au nord de la voie ferrée, rien que des locaux d'entreprises high-tech. Au sud, rien que des zones de lotissement pavillonnaires, parsemées de quelques écoles. Sauf le long de la grande Real (qu'ici on appelle El Camino Real), mais qui s'apparente plutôt à l'Avenue d'Espagne (gros axe à 2x3 voies). C'est là que tous les commerces sont regroupés, avec bien sûr chacun leur parking. 
 
C'est bien entendu un environnement totalement hostile aux déplacements à pied. Non pas à cause de l'étalement urbain, les distances à vol d'oiseau restant raisonnables, mais à cause du manque de connectivité (ou de connexité, Joris me corrigera). 
C'est ici-même qu'on a inventé le concept d'Expressway, ou d'autoroute en ville. Avec les voies ferrées et les cours d'eau, c'est autant de coupures qui traversent la ville en interrompant les rues secondaires et qu'il faut contourner, parfois sur plusieurs kilomètres. 
C'est un peu "moins pire" à vélo, pourvu qu'on accepte de rouler sur les grands boulevards comme les autres conducteurs (et réciproquement, que les autres conducteurs acceptent qu'on roule sur "leur" boulevard, ce qui est déjà plus difficile à obtenir.) 
 
Globalement, le vélo est considéré comme une alternative presque crédible à la bagnole pour les déplacements boulot-dodo. La marche à pied ne l'est pas. 
 
Les transports en commun : 
Il y a la ligne Caltrain entre San Francisco et San José, et les bus. 
Points négatifs : peu de lignes, faible fréquence, et vitesses très lentes. Même sur un trajet de 45 minutes d'un arrêt de bus à l'autre, je vais facilement plus vite à vélo... 
 
Points positifs : les bus ne sont pas chers (payés par les taxes locales), et les transports sont "multimodaux". Tous les bus ont des racks à vélo à l'avant pouvant accueillir 2 vélos, et Caltrain a un fourgon a vélo dans chaque train. 
 
Je l'ai emprunté 2 fois pour aller à San Francisco et c'est assez bien conçu. Le wagon a deux étages. En bas pour les vélos : 
http://picasaweb.google.com/sylvain.collange/BayArea#5446116348043644658 
http://picasaweb.google.com/sylvain.collange/BayArea#5446116346987835042 
En haut pour les humains : 
http://picasaweb.google.com/sylvain.collange/BayArea#5446116353254663474 
http://picasaweb.google.com/sylvain.collange/BayArea#5446116357705399506 
 
En se mettant dans la rangée du côté opposé, on peut garder l'oeil sur son vélo. Pour faciliter l'organisation, on est prié de mettre une étiquette sur son vélo indiquant sa destination. Ça permet à celui qui arrive de savoir s'il peut empiler son vélo par dessus et évite les cafouillages aux arrêts... Ce wagon est bondé aux heures de pointe (disons 11h - 21h, les horaires de travail de la silicon valley). 
 
Les "vraies" villes comme San Francisco et San José ont par contre des trams et des trains plus réguliers. 
 
En fait, l'impression que donne Santa Clara, c'est que les gens qui y travaillent (ingénieurs des boites "high-tech") habitent ailleurs dans des endroits plus branchés (genre Palo Alto), et les gens qui y habitent (classes moyennes dans des maisons individuelles) travaillent ailleurs (en ville, où les logements sont trop chers). Et tout ce petit monde se croise en voiture, seul moyen de transport possible, au moins dans les mentalités... 
 
Sylvain