Aller au menu

Lettre au maire de Perpignan : plaidoyer pour les points velos plutot que les velos en libre service

De locovelo

A JP Alduy

 

Monsieur le Maire,

Locovelo constate avec plaisir que des projets en matière de location de vélo ou d'incitation à l'utilisation de ce mode de déplacement sont pris en compte par votre municipalité.

Les initiatives sont multiples, avec à la fois :

- la mise en place d'une  station vélo expérimentale au parking de la dalle Arago, à laquelle nous apportons notre contribution,

- une étude de faisabilité de station vélo à la future gare TGV commanditée par l'Agglomération,

- le projet de 15 stations de vélos en libre service via une société de mobilier urbain.

Locovelo est fier d'avoir joué modestement un rôle dans la prise de conscience et l'accélération de ces projets encore inexistants il y a 6 mois.

Nous voulons Mr le Maire par ce courrier attirer votre attention sur ce projet de vélos en libre service. Cette option ne nous parait pas forcément être la plus adaptée pour une ville telle que Perpignan. Ce systéme est à la fois très couteux, difficile à articuler, voire concurrentiel avec les 2 stations vélos en projet (Arago et Gare TGV).

Le succès dans les grandes villes de Barcelone, Lyon ou Paris n'est pas forcement transposable à une ville de la taille de Perpignan. Le relatif échec de la ville d'Orléans (250 000 habitants) qui a investi prés de 800 000 euros (coût réel puisque sans contre partie publicitaire) pour 300 vélos repartis en 24 sites ne plaide pas en faveur d'un libre service.

Locovelo prône un système différent, « à la catalane », dans le cadre d'une économie sociale, qui se prête parfaitement à ce type d'expérimentation. Ainsi nous plaidons pour une multiplication de points vélos avec accueil humanisé. Ces "points vélos", outre la dalle Arago et la Gare TGV pourraient être publics ( comme le Palais des Congrés, les annexes mairies, le palais des expositions, certains parkings...) ou privés ( comme la fnac, les cinémas, certains commerces...)

Ce maillage se propose de désservir les quartiers excentrés, voire les communes de l'Agglomération les plus proches de Perpignan.

Notre proposition s'inscrit dans une démarche durable faite de participation, de proposition, de services au public (réparations, conseils, gardiennage) d'implication du secteur social mais également de l'entreprise privé dans le cadre général de l'intermodalité.

Le développement du vélo ne peut se concevoir que dans un environnement général de mise en place d'une véritable politique des modes de déplacmeents doux. Locovelo se propose d'accompagner cette démarche.

Encore une fois, nous sommes favorables à toute mesure qui tend vers plus de vélos en ville, notre objectif commun, mais notre devoir est de vous alerter sur les choix que vous allez être amené à faire.

La mode est au système libre service. C'est une avancée, mais elle est gourmande en maintenance et en espace public, inflationiste en matière d'espaces publicitaires. Il serait dommage aussi, compte tenu des divers opérateurs envisagés en matière de location , que le parc vélo ne soit pas homogéne sur Perpignan.

Les décideurs ont donc au moment de rendre leur décision une véritable responsabilité :

- service limité au centre ville ou extension du service public de transports à de nouveaux usages non polluants ?

- renforcement du monopole de quelques sociétés ou soutien au pluralisme, aux acteurs locaux, à l'originalité et à l'économie solidaire ?

En vous remerciant encore une fois pour les initiatives que vous engagez dans ce domaine, nous tenions à vous faire part de notre sentiment avant votre prise de décision qui va engager, pour de nombreuses années, l'avenir écologique de notre cité.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l'expression de nos sentiments respectueux.